Agnès Buzyn : Il est nécessaire de «décloisonner les parcours de santé»

La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, s’est rendue sur l’île de La Réunion au début du mois d’octobre 2017. Il ressort de cette visite officielle que la ministre souhaite « décloisonner les parcours de santé », c’est-à-dire abolir les barrières qui existent entre les différents professionnels de santé ainsi que celles qui séparent ces derniers et les travailleurs sociaux, tout particulièrement dans le domaine psychiatrique.

 

Une société touchée par les troubles psychiatriques

Les troubles psychiques touchent directement ou indirectement un Réunionnais sur quatre. Le contexte de pauvreté dans lequel vivent 40% des habitants de l’île (touchant moins de 1000 euros par mois) est en effet plus propice au développement des addictions telles que l’alcool et le zamal, qui font des ravages. Avec un taux de suicide élevé, les habitants de cette région d’Outre-Mer sont bien plus touchés par les maladies psychiatriques que les Français de la métropole. Cependant, les moyens pour accueillir les malades sont moins importants que dans les autres régions françaises. Par exemple, l’île ne dispose que de 55 lits pour 100 000 malades mentaux.

Sa visite à la clinique des Flamboyants, qui est spécialisée dans la prise en charge des jeunes malades psychiatriques, a montré à la ministre les manques de moyen des professionnels œuvrant sur place pour « établir des parcours de santé, et non plus seulement des parcours de soins ». Agnès Buzyn a reconnu que ce problème était omniprésent sur l’ensemble du territoire français et qu’il était donc nécessaire de développer et d’améliorer le parcours de santé mental qui subit aujourd’hui de graves manques. Elle souhaite pour cela axer sa politique sur la prévention, afin de détecter au plus tôt les personnes souffrant de troubles mentaux pour les accompagner au mieux et leur éviter l’exclusion.

 

Une visite qui “n’a servi à rien” selon le député de La Réunion

Apprenant la venue de la ministre des Solidarités et de la Santé à La Réunion, Jean-Hugues Ratenon, le député de cette 5ème circonscription, lui a adressé fin septembre une lettre ouverte afin de lui communiquer les attentes du département envers le nouveau gouvernement. Jean-Hugues Ratenon lui a ainsi fait part des problèmes majeurs auxquels sont confrontés les habitants de sa circonscription, en parlant notamment d’« une situation sanitaire extrêmement préoccupante », La Réunion étant la région française la plus touchée par le diabète. Selon un communiqué réalisé après le départ de la ministre, aucune réponse n’a été apportée aux problèmes qu’il avait soulevés, les pouvoirs locaux attendant bien plus d’actions de la part du gouvernement.

 

 

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *